Mot de circonstance du frère Justin Adriko, Vice-Provincial

Mot de circonstance du frère Justin Adriko, Vice-Provincial

Révérend frère Socius du Maître de l’Ordre des Prêcheurs pour l’Afrique,

Révérends Pères, Messieurs les Abbés, Révérends Frères, Révérendes Sœurs, Chers Laïcs Dominicains, Chers Membres du Mouvement International de la Jeunesse Dominicaine,

Distingués invités (tout protocole respecté),

Très chers frères et sœurs en christ et en Saint Dominique,

« Voici le jour que fit Yahvé,

Qu’il soit pour nous jour de fête et de joie » (Ps 118,24)

Il y a presque six ans, revenant du Chapitre général électif de Rome (2010), je réunissais le Conseil vicarial et lui communiquais l’une des grandes décisions de ce Chapitre, à savoir « la Restructuration de toutes les entités de l’Ordre et la dissolution de tous les Vicariats généraux à l’horizon 2016 ». Un an plus tard, à l’occasion de la réunion de mi-mandat, il fallait prendre l’ultime et engageante décision quant à ce que deviendrait le Vicariat Général Saint Pie V de la RDC à cette date butoir. Après beaucoup d’analyses et débats, l’option était prise : « nous choisissons de devenir une Vice-Province à l’horizon 2016 ». A dire vrai, c’était trop osé que de se décider de cette façon-là. Pour beaucoup, forts du contexte qui a prévalu peu avant la célébration du Chapitre vicarial de 2009, pareille décision n’était pas loin de l’utopie, du rêve ou de l’hallucination. Vu du point de vue humain, ils avaient sûrement raison, mais il fallait compter avec Isaïe 55,7 : « Mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne pas mes voies, déclare le Seigneur ».

La première visite canonique du Maître de l’Ordre Bruno Cadoré, juste deux ans après son élection, a été d’un grand apport dans la mise en route du processus qui se conclut aujourd’hui. La feuille de route qui a découlé de cette visite et les mécanismes de suivie mis en place sous la sage orchestration de son Socius pour l’Afrique nous ont servi de balises pour être sûrs de ne pas rater la piste, c’est-à-dire l’accession pleine, en toute conscience et en toute responsabilité au statut de Vice-Province.

L’attention de départ du Maître de l’Ordre a encore été renforcée lorsque, en 2015, il se décidera de revenir nous visiter avec son Socius pour l’Afrique. De cette deuxième visite, nous retenons son souci de nous voir sortir de la « culture de dépendance » pour embrasser « la culture d’appartenance », avec son corollaire de « mise en commun effective de tout ce que nous sommes, avons et aurons ».

Pour toute cette marque d’attention, nous remercions très sincèrement le Maître de l’Ordre et demandons à son Socius pour l’Afrique de lui faire écho de notre très grande gratitude. Merci aussi au frère Gabriel Samba, Socius du Maître d l’Ordre pour l’Afrique, pour avoir non seulement communié, mais aussi et surtout contribué au souci du Maître de l’Ordre pour l’épanouissement de la vie et mission de l’Ordre en République Démocratique du Congo. Frère, votre présence aux côtés du Maître de l’Ordre, que vous connaissez fort bien parce qu’il était auparavant votre Provincial, nous a été d’un si grand secours. Nous en sommes très conscients et ne l’oublierons jamais.

Je dois aussi remercier tous mes frères, fils de ce Vicariat, pour leur collaboration dans le projet d’accession de notre entité au statut de Vice-Province qui, d’utopie, rêve et hallucination, a petit à petit pris chair et vie pour devenir aujourd’hui une réalité palpable et indubitable. J’associe à ces remerciements adressés aux frères toute la famille dominicaine de la RD Congo, pour toutes formes de collaboration et de soutien moral et spirituel dont nous avons bénéficié au cours de ces sept dernières années. Chers frères et sœurs en Saint Dominique, votre collaboration et votre sensibilité aux joies, peines et difficultés de vos frères que nous sommes nous ont été d’un apport qu’aucun qualificatif ne saurait définir. Sans vous flatter, chers frères et sœurs en Saint Dominique, vous êtes pour nous une vraie famille et avec vous, la mission devient aisée. Merci également à tous nos invités, et beaucoup particulièrement à la Chorale Saint Dominique, pour avoir accepté de vous associer à notre joie.

Révérend frère Socius du Maître de l’Ordre des Prêcheurs pour l’Afrique,

Révérends Pères, Messieurs les Abbés, Révérends Frères, Révérendes Sœurs, Chers Laïcs Dominicains, Chers Membres du Mouvement International de la Jeunesse Dominicaine,

Distingués invités (tout protocole respecté),

Très chers frères et sœurs en christ et en Saint Dominique,

Permettez-moi de m’adresser un tout petit peu à mes frères de la Vice-Province Saint Pie V de la République Démocratique du Congo en reprenant quelques extraits de mon mot de clôture de la session de formation des principaux animateurs de la vie de notre ancien Vicariat qui vient de se métamorphoser. Chers frères, accéder au statut de Vice-Province est une responsabilité qui doit nous engager tous. Si la mission de l’Ordre dans notre pays a aujourd’hui 104 ans, nous devons être fiers d’avoir été au cœur de son maintien ces quelque cinquante dernières années. Nous l’avons certes fait en nous appuyant sur l’héritage nous légué par nos pères missionnaires belges ou acquis grâce au financement de l’ancienne Province Ste Rose en Flandre et, quelque rares fois, des autres organismes de financement de l’Eglise.  Il a plu au Seigneur de rappeler auprès de Lui tous nos patriarches (Vincent Awiore, Thomas Kamainda et Clément Masikini) peu avant la mort du Vicariat pour lequel ils s’étaient dévoués jour et nuit, eux qui étaient formés à l’école de nos Pères belges et dont les noms étaient au départ inscrits sur la liste de la Province Ste Rose en Belgique. Depuis pratiquement 2009, le Seigneur nous a offert la grâce de la célébration de plusieurs jubilés : jubilé de 100 ans de présence dominicaine ininterrompue en République Démocratique du Congo, jubilés de 50 ans de vie sacerdotale et 60 ans de vie religieuse du Patriarche Thomas Kamainda[1] juste cinq ans avant sa naissance au Ciel, jubilé des 800 ans de confirmation de l’Ordre, jubilé de 50 ans d’institution du Vicariat Général Saint Pie V qui coïncide avec ce changement de Statut. Durant cette même période, notre entité a eu la grâce de participer à deux Chapitres généraux réformateurs et bientôt à un troisième qui annonce déjà ses couleurs innovatrices.

Hier, nos Patriarches ont tout donné pour nous léguer tout ce que nous avons aujourd’hui. Il nous revient aujourd’hui d’envisager l’avenir de notre entité non pas en dilapidant ni en nous contentant seulement de ce que nous avons hérité de nos Patriarches, mais en mettant en route des nouveaux mécanismes, des mécanismes innovants et innovateurs pour gérer rationnellement et de manière responsable l’ensemble de l’héritage reçus des Patriarches de manière à leur donner de la valeur ajoutée, d’une part, et en créant notre propre paquet d’héritage à léguer aux générations présentes et à venir, d’autre part. En cela, notre hymne national doit nous interpeller :

« Débout congolais, unis par le sort ;

    Unis dans l’effort pour l’indépendance.

    Dressons nos fronts, longtemps courbés ;

   Et pour de bon, prenons le plus bel élan dans la paix.

   Ô peuple ardent, par le labeur nous bâtirons un pays plus beau qu’avant dans la paix ;

   (…)

   Serment de liberté que nous léguons à notre postérité pour toujours »

Témoins de ce grand passage, il nous faut bannir les pages sombres de notre passé et envisager l’avenir avec détermination. C’est donc notre responsabilité qui est engagée dans ce nouvel exode. Faisons-nous l’honneur d’être des hommes cohérents et respectueux de leurs propres engagements. Que personne parmi nous ne se constitue en obstacle à l’évolution positive de notre Vice-Province ; que personne parmi nous ne soit celui par qui ou grâce à qui la mission dominicaine au Congo connaîtra une paralysie ; enfin que personne parmi nous ne soit l’auteur ou le complice du malheur qui s’abat sur nos frères, sur l’institution ou sur la mission (cf. Bréviaire, p. 198-199 : 3ème hymne du Temps de Carême). Mais que tous, profitant des grâces des divers jubilés que nous avons eu à célébrer ou célébrons ces jours, nous puissions enfin nous écrier comme le Psalmiste : « Fais connaître ton œuvre à tes serviteurs et ta splendeur à leurs fils. Que vienne sur nous la douceur de notre Dieu ! Consolide l’ouvrage de nos mains, oui consolide l’ouvrage de nos mains » (Ps 89,17-17).

Et encore :  « Rends-nous en joie tes jours de châtiment et les années où nous connaissions le malheur (et l’humiliation) » (Ps 90,15)

Enfin, que la Très Sainte Vierge Marie, dont nous célébrons la Visitation aujourd’hui, intercède pour nous et nous couvre de son manteau pour nous préserver de tout ce qui serait de nature à compromettre la part de la mission de son Fils nous confiée.

Bonne fête à tous et à toutes.

Je vous remercie.

 

Frère Justin ADRIKO MUNDUA, o.p.

Vice Provincial

 

Isiro, Kinshasa, Kisangani, Mbuji Mayi, Viadana, Vice-Province

Laisser un commentaire